Article

 
 

Tous les articles

 

2019, l'année du vélo




La « petite reine » prend le pouvoir !

Publié le 18 mars, 2019
La Ville et la MEL font le pari que la bicyclette, au XXIe siècle, deviendra le mode de transport privilégié des citadins. Source de bien-être, accessible, écologique... Et si en 2019 on se mettait au vélo ?

Des rues congestionnées, du bruit, de la pollution et du danger : voilà ce que la surpopulation automobile engendre dans nos villes, dans notre quotidien ! Nous avons grandi avec elles au point de trouver tout ça normal... Ces calamités sont-elles une fatalité ? « Une ville avec une circulation automobile réduite, c'est pourtant possible », clame Christian Bonenfant, militant positif et optimiste de la cause cycliste au sein de l'Association pour le Droit au Vélo (ADAV). Laisser sa voiture au parking et se déplacer à vélo, voilà ce que propose Christian Bonenfant ! Dans sa roue, la municipalité, en complicité avec la MEL, a décidé de donner un gros coup d'accélérateur à la promotion de la petite reine, aujourd'hui largement sous-utilisée.

Une urbanisation vélo-compatible

Les français ne sont pas à blâmer pour leur dépendance à l'automobile, car force est de constater que nos villes, au siècle précédent, n'ont pas suffisamment fait de place aux modes de déplacements alternatifs. C'est au début des années 2000 que la donne change : le développement de ce qu'on appelle alors les « déplacements doux » est au coeur du Plan de Déplacements Urbains 2010-2020 de la MEL. De fait, tout nouveau projet d'aménagement ou d'habitat leur accorde désormais une place prépondérante. « Aujourd'hui, on cherche à apaiser la ville en partageant l'espace public plus équitablement entre tous les types de mobilités », synthétise Anthony Fagot, chargé de mission à la Mairie. Les usagers sont directement associés au processus. Ainsi, deux fois par an, un groupe de travail réunit la Ville, la MEL et l'ADAV autour de la table pour définir les actions prioritaires à mettre en place en faveur des deux-roues.
Ce faisant, chaque année Armentières devient un peu plus cyclable que l'année d'avant. Et 2019 sera un excellent cru (lire ci-contre) ! Outre ces investissements, certaines mesures sont aussi à l'étude. « Nous envisageons de réduire la vitesse à 30 km/h dans les rues étroites ou les quartiers fortement résidentiels », indique le Maire, Bernard Haesebroeck.

Le Plan vélo de l'État

Avec son Plan vélo annoncé en septembre dernier, l'État a lui aussi décidé de changer de braquet pour promouvoir la bicyclette. 350 millions d'euros en 7 années ne seront d'ailleurs pas de trop pour combler le retard français en la discipline : moins de 5 % des tricolores se déplacent à vélo contre près d’un quart des Danois et un tiers des Hollandais. Pire, 58 % des personnes vivant à moins d’un kilomètre de leur travail s’y rendent en voiture ! Parmi les mesures annoncées par le Gouvernement, des travaux pour de nouvelles voies cyclables, le développement des garages sécurisés dans les gares, des initiations en milieu scolaire ou le remboursement des frais kilométriques à vélo pour le trajet domicile - travail.

Les mentalités changent

Ainsi l'ère du « tout voiture » touche à sa fin ! Plus que jamais, face aux enjeux environnementaux et de santé, mais aussi pour leur bien-être, les Français sont prêts à changer leur façon de se déplacer tout comme ils changent leur façon de consommer. « Parmi les propositions des Armentiérois au Budget participatif, beaucoup sont liées à la pratique du vélo, c'est le signe qu'il y a un véritable intérêt », appuie Anthony Fagot. Qu'on se le dise, la révolution n'est pas en marche, elle est en selle !

Tous les articles

< < < < >
MENU
PORTAILS
RESEAUX
Vivre Armentières Tourisme Médiathèque Espace Famille Archives municipales Centenaire 14-18 Fête des Nieulles
Facebook Youtube Twitter Google plus Flickr